« Des critères RSE dans la cotation des entreprises »

Logo RSE

Avec le développement des préoccupations environnementales, sociales et économiques la responsabilité sociale d’entreprise (RSE) prend une envergure nouvelle. Elle n’est plus seulement associée à la protection de l’environnement, mais c’est aussi de plus en plus souvent une composante de la stratégie économique, sociale, et culturelle. Les entreprises ont aussi des obligations de communication et de transparence tant en ce qui concerne les conséquences de leur activité sur le changement climatique, que leurs engagements sociétaux. Ces nouvelles exigences et ces tendances sociétales ouvrent la voie à une RSE plus proactive.

La dimension responsabilité sociale d’entreprise intégrée dans la cotation Banque de France.

La cotation Banque de France attribuée à dire d’expert concerne, chaque année, plus de 260 000 entreprises. Elle repose sur l’analyse de leurs comptes et de leurs engagements financiers, ainsi que sur une analyse qualitative tenant notamment compte de leur environnement.

Depuis plusieurs années, la démarche RSE est un thème à part entière de cette analyse qualitative. Cette approche repose sur la conviction que, pour l’entreprise, performance et engagement responsable sont intimement liés.

La Commission Européenne a précisé en 2011 qu’« afin de s’acquitter pleinement de leur responsabilité sociale, il convient que les entreprises aient engagé, en collaboration étroite avec leurs parties prenantes, un processus destiné à intégrer les préoccupations en matière sociale, environnementale, éthique, de droits de l’homme et de consommateurs dans leurs activités commerciales et leur stratégie de base ». L’analyse qualitative cherche à tenir compte de ces différentes dimensions de la RSE, susceptibles d’influer sur les performances des entreprises dans la durée :

  • la dimension sociale : organisation et conditions de travail, formation, participation des salariés ;
  • la dimension environnementale : réduction des nuisances, gestion économe des ressources, réduction et recyclage des déchets ;
  • la dimension sociétale : engagement pour le bien-être commun à travers les relations commerciales et l’implication au sein de la société.
La Responsabilité Sociale de l’Entreprise est la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société.
Définition de la commission Européenne (2011)

RSE et performances de l’entreprise

La RSE est une démarche qui impose de s’interroger en permanence sur ses actions et pratiques avec humilité et exigence. Consciente de sa responsabilité d’agir dans l’intérêt général, la Banque a elle-même choisi de réaffirmer son engagement RSE au service de la société et d’en faire un objectif de son plan stratégique 2020. En effet, la Banque de France considère la RSE, comme un levier de transformation de ses pratiques et de sa gouvernance, vecteur d’innovation et génératrice d’efficience sur le long terme.

C’est pourquoi elle a également souhaité intégrer dans sa cotation cette dimension pour avoir une vision plus globale de l’entreprise, mieux la comprendre et ainsi affiner l’analyse de sa santé financière. Pour autant, la Banque de France n’a pas vocation à labelliser les entreprises RSE ou à porter un jugement favorable ou défavorable sur leur démarche RSE. En revanche, la dimension RSE est, chaque fois que les informations recueillies le permettent, prise en considération pour apprécier le profil qualitatif global qui permet d’affiner la cotation à la hausse comme à la baisse.

Mis à jour le : 14/05/2019 15:31