Vous êtes ici

M. François DECOSTER, Président de la Communauté d'Agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO)

Une étude pour la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer

Quel est le rôle d’une intercommunalité dans le développement économique ?

La compétence du développement économique est la première des compétences d’une communauté d’agglomération comme celle du Pays de Saint-Omer.

Dès la mise en place de notre nouvelle intercommunalité en janvier 2017, la décision a été prise de construire une stratégie de développement économique partagée avec l’ensemble des territoires regroupés et co-construite par les acteurs économiques et les élus locaux.

Notre territoire est marqué par une forte présence industrielle, avec des secteurs phares (le verre, le papier-carton, l’emballage, l’agroalimentaire), dont certains ont connu des chocs économiques majeurs.

Des feuilles de route ont été construites ces dernières années pour répondre à une nécessaire mutation économique du territoire et permettre de diversifier le tissu économique marqué par la prédominance du leader mondial des Arts de la Table.

En construisant cette nouvelle stratégie de développement économique, l’objectif affiché est de donner une ambition nouvelle, d’entrer dans un écosystème territorial d’innovation, transversal à tous les secteurs d’activité et impliquant au premier chef les outils digitaux

 

 

 

« Grâce à l’expertise de l’outil ACSEL, le territoire dispose d’un état des lieux précis sur la richesse économique et financière du tissu économique, ses points forts, son évolution sur les 5 dernières années et des éléments de comparaison avec les tendances régionales et nationales »
François DECOSTER, Président de la CAPSO

Que pensez-vous de l’apport du dispositif ACSEL dans votre stratégie ?

L’audit des forces et faiblesses du territoire, fait par les acteurs économiques au moment de la construction de cette nouvelle stratégie, a été conforté avec beaucoup de pertinence par l’étude ACSEL qui a mis en exergue la nécessité de développer, d’intensifier la création d’entreprises, l’innovation pour accroître la compétitivité des entreprises, notamment industrielles.

Grâce à l’expertise de l’outil ACSEL, piloté par la Banque de France, le territoire dispose d’un état des lieux précis sur la richesse économique et financière du tissu économique, ses points forts, son évolution sur les 5 dernières années et des éléments de comparaison avec les tendances régionales et nationales.

Que vous a apporté le partenariat avec la Banque de France et les analystes ACSEL ?

Plusieurs niveaux de collaboration ont été mis en place pour cette démarche qui sera prolongée dans l’avenir.

Les équipes techniques ont pu croiser leurs éléments statistiques et bâtir un audit commun.

Une conférence économique et sociale, rassemblant les élus en charge du développement économique, les représentants de l’État, les chefs d’établissements de formation d’enseignement supérieur et initial, les Présidents d’organismes à vocation économique ainsi que les représentants de syndicats de salariés et patronaux, a été réunie pour partager les résultats de l’étude ACSEL et permettre à l’ensemble des acteurs d’avoir un même niveau d’informations et d’appréhension des enjeux économiques et financiers du territoire.

Le rôle d’expert dans l’analyse du territoire est important car il présente un caractère de neutralité vis-à-vis de l’ensemble des acteurs et permet d’approcher un certain nombre de sujets d’un point de vue technique et pragmatique.

Comment envisagez-vous les pistes de travail pour l’avenir ?

L’intercommunalité s’est dotée d’un outil d’observation et d’évaluation de l’évolution du tissu économique avec ACSEL. À partir de là, il s’avère indispensable de se doter d’un « baromètre » pour pouvoir appréhender l’impact des différents dispositifs et des actions développées dans le cadre de la stratégie de développement économique sur l’évolution du tissu économique.

Cette démarche est parallèle à la stratégie de développement économique qui doit être évaluée pour pouvoir être réorientée ou accélérée sur certains champs selon les observations effectuées.

C’est ainsi que tous les 2 ans un baromètre comportant un certain nombre d’indicateurs sélectionnés sera réalisé en partenariat avec la Banque de France dans le cadre du dispositif ACSEL.

Une étude menée par M. Christian DELHOMME Directeur de la Banque de France du Pas de Calais, et son équipe d'experts

Mis à jour le : 26/10/2018 15:42