Vous êtes ici

Jean-Michel DEVOS, chargé d’études économiques ACSEL pour le Nord-Est

Chargé d'études économiques ACSEL pour le Nord-Est

Jean-Michel DEVOS

Quelle est la nature des sujets abordés avec vous par les décideurs économiques ces derniers mois ?

Les collectivités territoriales se montrent toujours particulièrement intéressées par, une connaissance fine des entreprises du territoire avec en corollaire les axes de réflexion menant à une action concrète auprès de ces sociétés, une sorte d’état des lieux après une période de crise majeure. Les décideurs publics ont notamment besoin de connaître le degré de résistance des entreprises et l’évolution structurelle du territoire par grandes branches économiques.

Ce besoin intègre naturellement la notion de comparaison : « Les entreprises de mon territoire se portent-elles mieux, moins bien ou sont-elles comparables au territoire voisin, que la moyenne des entreprises Françaises ? ». 

Les filières professionnelles ont, elles, un besoin permanent de suivre la situation financière et les performances des entreprises qui les composent en répondant aux grandes questions que sont les capacités d’investissements, le degré d’autonomie, la capacité des sociétés à résister à la concurrence,… Les dirigeants de ces filières ont besoin de comparer, de confirmer ou d’infirmer leurs propres analyses, les compléter de données financières précises, objectives et incontestables avec un angle d’analyse différent et neutre. 

Leurs demandes sont également axées sur la nécessité de se faire connaître ou reconnaître, de communiquer de façon précise et objective sur les particularités ou difficultés spécifiques de la profession. Cette connaissance leur permet aussi d’anticiper les difficultés et de rechercher notamment les mesures susceptibles de faire avancer l’ensemble des entreprises du secteur.

Je vis et je travaille sur des territoires dont le périmètre va évoluer dans le cadre de la loi NOTRe. C’est très intéressant, pour moi, de repérer dans nos ratios et indicateurs quelle en est la nouvelle cartographie économique et financière. J’ai l’impression de bénéficier d’une sorte de plate-forme d’observation privilégiée.
Jean-Michel DEVOS, Chargé d’études économiques ACSEL pour le Nord-Est

Quelles réponses pouvez-vous leur apporter ?

La Banque de France apporte un œil objectif et sans compromis sur la situation économique et financière des entreprises composant le tissu observé. L’approche se veut la plus complète et la plus claire, la volonté étant d’apporter une vision adaptée et individualisée lors de chaque étude. Nous allons analyser l’évolution du panel sur 5 ans avec une grande fraîcheur d’information, les données de l’année précédente étant disponibles dès l’automne suivant. Cette analyse intègre les créations et défaillances, les dépendances économiques et financières des entreprises, l’efficacité économique des moyens qu’elles mettent en œuvre, la rentabilité des entreprises mais également leur degré de vulnérabilité. 

En synthèse : toutes les données utiles à une bonne connaissance de l’évolution et de la situation économique et financières des entreprises de référence.

Devant la diversité des prestataires existants, pourquoi vos clients font ils appel à un expert Banque de France ?

Nous intervenons très souvent en complément de travaux menés en interne par nos clients ou même d’autres acteurs. La qualité des bases, leur exclusivité et, sans fausse pudeur, notre capacité à les exploiter au travers d’un savoir-faire unanimement reconnu contribuent très largement à cette sollicitation. La présence de place de la Banque de France auprès des entreprises et des principaux acteurs et décideurs économiques me semble également unique et particulièrement appréciée de nos interlocuteurs.

La richesse des informations fournies et de l’analyse me semblent être les éléments les plus souvent mis en avant par nos clients. Disposant très souvent de peu de temps, ils soulignent notre capacité à synthétiser une information économique et financière dense, parfois complexe, et à mettre en exergue le point qui méritera une attention particulière et indispensable à leur action. Ils apprécient également la force de communication et l’objectivité dont disposent les représentants de la Banque de France à l’appui de données et d’analyses avérées.

Comment définiriez-vous la manière dont se déroule une prestation ?

Intense !

Avec un réel plaisir et une grande satisfaction lors des réunions de travail et de présentation avec nos clients.

Dès la formulation d’une demande, les équipes de la Banque de France sont mobilisées afin de répondre précisément à la demande formulée par notre interlocuteur. Après accord sur les termes du contrat, et notamment sur la définition des périmètres d’analyse et de comparaison, nous engageons l’analyse, en lien direct avec le Directeur et les équipes de la Banque de France concernées. Ceux-ci apportent leur connaissance fine du tissu économique local, particulièrement appréciée par le client et indispensable à la pertinence de l’analyse. 

Nous tenons ensuite une ou deux réunions de présentation de notre analyse, rencontres qui sont également de réelles sessions de travail et de partage avec notre client et les personnes qu’il a déléguées. 

Lors de chacun de ces points d’étape, l’analyse s’affine, les questions sont soulevées et les réponses cherchées. Nous sommes ensuite à la disposition de notre client pour une présentation plus solennelle auprès d’un public plus ou moins large défini par le client.

Décembre 2015

Continuez vers

Mis à jour le : 13/03/2017 15:55