Liste actualité
ÉvénementActualités

Au premier semestre 2016, les principaux groupes français renforcent leur profitabilité

L’activité des quatre-vingts plus grands groupes industriels et commerciaux français cotés sur le compartiment A d’Euronext Paris est en recul (– 4,1 %) sur les six premiers mois de l’année.

Les grands groupes ont été pénalisés par des effets de change défavorables conjugués à une croissance organique en repli. Ce constat peut toutefois être nuancé car il est influencé par la contre-performance d’un seul des quatre-vingts groupes, présent dans le secteur de l’énergie ; en neutralisant l’impact de ce groupe, la baisse du chiffre d’affaires serait de 2 %.

Pour l’ensemble des quatre-vingts groupes, des conditions d’exploitation favorables permettent cependant de contenir la baisse du résultat opérationnel (– 2 %). À cela s’ajoutent des éléments extérieurs aux activités opérationnelles, notamment des cessions d’actifs, qui entraînent une hausse significative du taux de profitabilité et du résultat net (+ 18 %).

La baisse des flux générés par les activités opérationnelles n’a pas eu d’impact sur la trésorerie qui est en hausse (+ 1 %) dans un contexte de stabilité des dividendes et de baisse de l’investissement (– 4 %). Sur ce point, l’augmentation des investissements financiers n’a pas permis de contrebalancer la baisse des investissements corporels et incorporels.

Les principaux groupes français profitent de conditions de marché toujours plus favorables pour emprunter et restructurer leurs dettes avec un appétit marqué pour le marché obligataire qui demeure la source de financement privilégiée par les groupes sous revue.

La hausse de l’endettement financier (+ 6 %) conjuguée à la baisse des capitaux propres (– 2 %) a un impact négatif sur la structure financière des groupes. Celle-ci, reste cependant robuste.

Extrait du bulletin de la BDF n°208