Liste actualité
ÉvénementActualités

Enjeux économiques des défaillances d’entreprises en France

Le nombre de défaillances d’entreprises – ici les cessations des paiements – recule : à fin juillet 2016, il s’élève à 60 187 (cumul sur douze mois), en baisse de 4,7 % par rapport à juillet 2015. Cette baisse marquée intervient après une année 2015 au cours de laquelle plus de 63 000 défaillances ont été enregistrées, un chiffre proche des pics de 1993 et 2009. En première approche, les défaillances d’entreprises ont des effets directs négatifs puisqu’elles engendrent avant tout des pertes pour les agents économiques concernés, en particulier les salariés, les créanciers et les actionnaires des entreprises défaillantes. Mais il peut aussi en découler des effets plus positifs à moyen-long terme, liés à la réallocation des ressources vers des entreprises plus productives. L’examen des causes des défaillances, en s’appuyant sur les enseignements de la littérature économique et sur les travaux des

auteurs, vient étayer ce point. Des estimations de productivité des entreprises défaillantes, mobilisant les données de la Banque de France, montrent qu’en moyenne, dans l’industrie manufacturière, les entreprises défaillantes souffrent d’un déficit de productivité de l’ordre de 10 % par rapport aux non défaillantes cinq ans avant leur défaillance, et que cet écart se creuse à mesure que ces entreprises approchent de la date de cessation de paiement.

Enjeux économiques des défaillances d’entreprises en France